Mise à jour sur le COVID-19

Mise à jour sur le COVID-19 et les activités liées à Europe Remembers [13.03.2020]

En savoir plus

Apprendre

Le Soldat inconnu

Dès le 4 septembre 1944, la foule afflue au Soldat inconnu. Depuis 1922, il incarne le lieu de mémoire par excellence de la Première Guerre mondiale. Rien d’étonnant dès lors que le 11 novembre 1940, des patriotes bruxellois s’y soient retrouvés pour y exprimer une première forme de rejet de l’occupation.

À peine l’occupant a-t-il quitté Bruxelles que la foule afflue au Soldat inconnu. Le 4 septembre 1944, le général Piron s’y rend. Avant de reprendre la route en direction des Pays-Bas, la First Belgian Independant Brigade Group défile devant le monument bruxellois. Le Soldat inconnu est un des hauts lieux du patriotisme belge comme l’était avant lui la place des Martyrs.

En choisissant ce lieu en 1922, le gouvernement s’était inscrit dans une longue tradition qui remonte aux origines du pays. Le comportement héroïque de l’armée et l’hommage aux innombrables soldats morts sans sépulture y sont associés à la création de la Belgique, aux héros de 1830 et aux grands principes de la Constitution. Les valeurs d’indépendance y sont particulièrement mises en exergue. Tout cela explique pourquoi, en 1944, c’est en cet endroit que la patrie renaît ! Les couleurs belges sont omniprésentes. Ce n’est que la première d’une longue série de cérémonies du genre.

Le 8 septembre, c’est au tour du gouvernement, tout juste rentré de Londres, de s’y rendre. Par la suite, le lieu qui jusqu’alors a surtout servi à rendre hommage aux militaires s’ouvre aux héros et victimes civiles de la Seconde Guerre. Résistants et déportés tant belges qu’étrangers y sont honorés. Aujourd’hui, même si le lieu a beaucoup perdu de sa force d’attraction, il reste un symbole. Chaque année, le 11 novembre, on y rend hommage aux victimes de tous les conflits auxquels la Belgique a participé.

Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles et en partenariat avec CEGE-SOMA.

Le Soldat inconnu