Mise à jour sur le COVID-19

Mise à jour sur le COVID-19 et les activités liées à Europe Remembers [13.03.2020]

En savoir plus

Apprendre

Bombardement des villes

La plus longue campagne de la Seconde Guerre mondiale

Parmi les opérations militaires menées par les Alliés pour libérer l’Europe, la campagne de bombardement reste la plus controversée, son objectif étant notamment de briser le moral allemand par le biais de bombardements de terreur visant la population civile de l’Allemagne.

La conquête allemande de la majeure partie de l’Europe continentale s’est accompagnée d’un déploiement impitoyable de la puissance aérienne ayant pour but de subjuguer les nations attaquées par la terreur. Wieluń, Frampol et Varsovie en Pologne, Rotterdam aux Pays-Bas, Londres et Coventry en Grande-Bretagne, Belgrade en Yougoslavie ou Leningrad et Stalingrad en Union soviétique font partie des nombreuses villes et villages attaqués par la Luftwaffe tant redoutée, qui larguait ses bombes sans distinguer les cibles civiles et militaires.

British Bomber Command a réagi en conséquence, en augmentant régulièrement le nombre de bombardiers qui décollaient chaque nuit pour attaquer les villes allemandes. En 1942, la 8ème Air Force américaine s’est jointe à l’opération et a mené des raids de jour. Outre la destruction des usines de munitions allemandes, des lignes ferroviaires et des installations militaires clés, l’objectif était de perturber la production en obligeant les ouvriers à se cacher dans des abris antiaériens, en détruisant leurs maisons et en sapant leur esprit.

Bien que la campagne aérienne n’ait pas réussi à paralyser la production de guerre allemande ni à briser le moral de la population, elle a exercé une énorme pression sur la machine de guerre allemande. Au prix d’un effort économique colossal en termes de main-d’œuvre et de ressources, de vastes abris et postes antiaériens ont été érigés dans toute l’Allemagne. De nombreuses usines ont été évacuées vers des installations enfouies sous terre, principalement par des détenus de camps de concentration. Les Allemands, incapables de mener une campagne similaire en raison de la suprématie aérienne des Alliés, ont développé de nouvelles Vergeltungswaffen (armes de vengeance) – missiles de croisière V-1 et roquettes balistiques V-2, pour attaquer sans distinction les villes de Grande Bretagne et, plus tard, les villes libérées sur le continent.

Bombardement des villes