Mise à jour sur le COVID-19

Mise à jour sur le COVID-19 et les activités liées à Europe Remembers [13.03.2020]

En savoir plus

Discutez avec un témoin de la seconde guerre mondiale

Parlez à des témoins de la seconde guerre mondiale

Il n’est pas possible de rencontrer des témoins de la seconde guerre mondiale en personne cette année. Europe Remembers veut vous donner l’opportunité de les rencontrer en ligne. Enregistrez-vous pour participer à nos live streams avec des témoins – civils et militaires. Ils seront diffusés sur Facebook et Youtube, mais seules les personnes qui se seront inscrites au préalable pourront prendre part aux discussions.

Programme

Lundi 4 mai

Jan Loos

Jan Loos avait 14 ans lorsqu’il a été témoin de la bataille d’Arnhem, en septembre 1944. Jan vivait à Oosterbeek et se souvient du jour où les Allemands ont occupé sa ville. Lorsque la bataille d’Arnhem a commencé, Jan se souvient avoir accueilli les parachutistes alliés qui ont débarqué dans la région. Lorsque les Britanniques ont occupé la maison de la famille Loos, ils se sont installés dans le sous-sol de leurs voisins, où ils sont restés pendant une semaine, sans presque aucune nourriture. Jan se souvient des terribles appels à l’aide d’un soldat allemand mourant. Finalement, la famille s’est enfuie avec de nombreuses autres personnes qui ont pu s’échapper d’Arnhem. Aujourd’hui, Jan est guide au Airborne Museum à Oosterbeek.

15.00 (CEST), 14:00 (BST), 09:00 (EDT), 06:00 (PDT)

en néerlandais

Wan van Overveld

Wan van Overveld n’avait que cinq ans lors de la libération alors qu’il vivait dans la maison de Paulushoef, près de Son, où il vit encore aujourd’hui. Juste avant la libération, il a été témoin d’un bombardement qui a blessé son frère aîné. Plus tard, lorsque la famille van Overveld a réalisé que les Alliés étaient arrivés, ils ont quitté le sous-sol et ont vu des milliers de parachutistes dans le ciel. Le nom de Paulushoef a été écrit sur le toit de la maison comme un signe pour les parachutistes, qui ont atterri à proximité et ont été accueillis par la famille. Wan se souvient que les soldats américains ont soigné son frère blessé et lui ont donné beaucoup de friandises.

15.30 (CEST), 14:30 (BST), 09:30 (EDT), 06:30 (PDT)

en néerlandais

Maarten Dekkers

Maarten Dekkers était très jeune lorsque la guerre a éclaté aux Pays-Bas; son père a été déporté en Allemagne et a combattu plus tard dans la résistance. Maarten se souvient avoir vu les premiers parachutistes américains atterrir à Velp au début de l’opération Market Garden et salué les libérateurs au pont de Grave. Le 22 septembre 1944, sa maison était entourée de soldats allemands qui cherchaient son père et menaçaient sa mère, tandis que Maarten, 5 ans, pleurait à côté d’elle. Maarten est resté avec une famille à Haps qui l’a protégé jusqu’à la libération. Là, il a assisté aux préparatifs de l’opération Véritable et se souvient avoir vu les trains de la Croix-Rouge remplis de soldats alliés blessés. Maarten est aujourd’hui guide au Freedom Museum de Groesbeek.

16.00 (CEST), 15:00 (BST), 10:00 (EDT), 07:00 (PDT)

en néerlandais

Koos Suurhof

La bataille de Groningen a eu lieu en avril 1945 lorsque les Canadiens ont libéré cette ville néerlandaise. Koos Suurhoff a vécu de près sa libération, avec les yeux d’un petit enfant. Il se souvient très bien des jours de la libération. Depuis lors, Koos est déterminé à faire en sorte que les libérateurs de Groningen, la Black Watch (Royal Highland Regiment) du Canada et leurs familles soient reconnus et soutenus. Il est déterminé à attirer l’attention sur leurs efforts et à les reconnaître à leur juste valeur, et à garder vivant le souvenir de la libération. Il a récemment reçu la Médaille du souverain du Canada pour les bénévoles pour son travail.

16.30 (CEST), 15:30 (BST), 10:30 (EDT), 07:30 (PDT)

en néerlandais

Yvette Merchiers

Yvette Merchiers était un enfant pendant la Seconde Guerre mondiale.Durant le conflit, elle reste en en Belgique avec sa grand-mère, un oncle et un réfugié caché avec sa famille. Elle est la fille de Laurent Merchiers, membre de la résistance belge. Pour cette raison, Yvette a été témoin de nombreuses activités de résistance. Yvette se souvient de la Gestapo fouillant leur maison et sa chambre avec une brutalité qui l’a profondément choquée. Son père s’engage en politique et sera ministre de la Justice de Belgique après la guerre. Yvette étudie le droit et poursuit une carrière universitaire, devenant la première femme doyenne de la faculté de droit de l’Université de Gand.

17.00 (CEST), 16:00 (BST), 11:00 (EDT), 08:00 (PDT)

en néerlandais

Mardi 5 mai

Ruth Edwards

Ruth Edwards est l’une des milliers de Rosies, ces femmes nommées ainsi en hommage à l’emblématique Rosie the Riveter, et a travaillé dans des usines, des chantiers navals et d’autres industries lourdes pendant la Seconde Guerre mondiale. Ruth a travaillé comme expéditrice au Naval Ordinance Center de Charleston, Virginie-Occidentale. Son futur époux, Jim Edwards, a combattu aux Philippines, a souffert lors de la Marche de Bataan et a ensuite été détenu dans une « maison de la mort » japonaise dans des conditions terribles. Il ne s’est jamais complètement remis physiquement ou émotionnellement de cette sombre expérience. Après la guerre, Ruth a enseigné le commerce à différents niveaux scolaires et a été superviseure d’État de l’enseignement commercial pour le ministère de l’Éducation de la Virginie-Occidentale.

16.00 (CEST), 15:00 (BST), 10:00 (EDT), 07:00 (PDT)

en anglais

Mozelle Brown

Mozelle Brown n’avait que 21 ans lorsqu’elle a quitté le comté de Nicholas à bord d’un bus pour Akron, Ohio, pour travailler comme riveteuse chez Goodyear Aircraft, pendant la Seconde Guerre mondiale et, à partir de 1943, chez Corsair Airplanes. Elle a toujours le manuel qu’elle utilisait à l’époque, avec les calculs mathématiques dans la marge. De nos jours, elle est très active pour contribuer aux remerciements des Rosies dans le cadre de l’association “Thanks! Plain and Simple” (Merci, tout simplement), et elle est largement appréciée pour sa façon discrète, sincère et sans prétention de faire connaître les Rosies aux États-Unis et au-delà.

16.45 (CEST), 15:45 (BST), 10:45 (EDT), 07:45 (PDT)

en anglais

Paul Grassey

Paul Grassey faisait partie de la 8th Airforce pendant la Seconde Guerre mondiale et a effectué 13 missions de combat en tant que pilote de B-24. En 1941, Paul a décidé de s’enrôler dans l’Armée de l’Air, estimant qu’il était de son devoir de se battre, malgré l’opposition de son père. Après la guerre, il a obtenu son diplôme d’université et fut même un basketteur de bon niveau. Aujourd’hui, il est très actif dans la promotion du Mighty 8th Air Force Museum de Pooler, Georgia et dans le soutien aux anciens combattants. Il a écrit un livre intitulé « C’est le caractère qui compte » et a récemment reçu la Légion d’honneur française.

17.30 (CEST), 16:30 (BST), 11:30 (EDT), 08:30 (PDT)

en anglais

Buck Marsh

Malcolm « Buck » Marsh était un ingénieur prometteur, mais en raison du besoin de soldats, il fut envoyé en Europe pour combattre. Dans le cadre du 36e Régiment d’Infantrie, Buck a combattu lors de la bataille des Ardennes, pendant l’hiver 1944. Il se souvient des terribles combats dans la neige, mais aussi de la camaraderie au sein du régiment, qui rendait la vie en première ligne plus facile. Après la bataille des Ardennes, Buck franchit le Rhin et participa à la libération de Cologne et d’un camp de prisonniers près de Nordhausen. En 1946, il revient aux États-Unis recevant la Purple Heart et trois Battle Stars: une pour la bataille des Ardennes, une pour la battaille de Rhénanie et la dernière pour son rôle en Allemagne centrale.

18.00 (CEST), 17:00 (BST), 12:00 (EDT), 09:00 (PDT)

en anglais

Vern Ollar

Vern Ollar faisait partie de la 29e Division d’Infantrie. Il a participé au Jour J, atterrissant à Omaha Beach à l’âge de 22 ans. Vern, qui était mitrailleur, se souvient de la forte résistance opposée par les Allemands et des efforts pour installer l’artillerie sur le rivage n’ayant pas de véhicules pour les transporter . Après le jour J, Vern a participé à la traversée de la Sarre à Dillingen, en Allemagne, et à la bataille de Dillingen, pour laquelle il a reçu l’étoile de bronze. Après un retour difficile à la vie civile, Vern a déménagé au Texas, où il vit toujours.

18.30 (CEST), 17:30 (BST), 12:30 (EDT), 09:30 (PDT)

en anglais

Ken Beckman

Ken Beckman a effectué 48 missions en tant que navigateur sur des bombardiers B-17 pendant la Seconde Guerre mondiale. Il a volé dans les ciels de la Grande-Bretagne, du Benelux et de l’Allemagne, et se souvient quand son avion a été heurté autour de Cologne et qu’il a dû effectuer un atterrissage d’urgence dans un aéroport belge que Ken était censé bombarder quelques semaines plus tôt, mais avait raté la cible . Après la guerre, il a été aviateur pendant 30 ans et il a participé aux guerres de Corée et d’Indochine.

19.00 (CEST), 18:00 (BST), 13:00 (EDT), 10:00 (PDT)

en anglais

Mercredi 6 mai

Gérard Verdonk

Gérard Verdonk est né le 4 novembre 1926. Originaire des Pays-Bas, la famille Verdonk est arrivée à Bény-sur-Mer en 1936, où elle exploitait une ferme. En 1944, alors qu’il avait 18 ans, Gérard a été témoin des combats autour de Bény, à l’arrivée des Forces canadiennes du Régiment de la Chaudière. Avec ses frères et sœurs, il a aidé une division de chars du Fort Garry Horse en leur indiquant un poste d’observation de l’ennemi caché dans les bois en face de la ferme des Verdonk. Les Canadiens ont ensuite poursuivi leur chemin, et le petit village dans lequel il vivait a été libéré.

15.00 (CEST), 14:00 (BST), 09:00 (EDT), 06:00 (PDT)

en français

Jean-Marie Delahaye

Jean-Marie est né à Cherbourg, en France. Pendant la Seconde Guerre mondiale, ses parents, en tant que bouchers, ont dû rester en ville pour nourrir la population. Ils ont donc confié Jean-Marie et ses cinq frères et sœurs à leurs grands-parents. Ensemble, ils se sont réfugiés dans un presbytère, mais en 1944, les soldats allemands les forcèrent à en sortir. Après quelques jours, ils trouvèrent un nouveau logement grâce à un généreux fermier. De là, Jean-Marie, 6 ans, a vu les troupes en opération, entendu les bombardement et découvert les conséquences de la guerre, mais enfant, il a également joué – malgré les mines -, goûté pour la première fois au chewing-gum et appris à lire avec le seul livre qu’ils avaient, la Bible.

15.30 (CEST), 14:30 (BST), 09:30 (EDT), 06:30 (PDT)

en français

Jean Guillaume

Jean Guillaume est né à Sibret, dans les environs de Bastogne, en Belgique, en 1931. Enfant aîné d’une famille nombreuse, il a toujours ressenti une sorte de responsabilité qui lui faisait enregistrer les événements qu’il vivait. Jean se souvient de l’année précédant le début de la Seconde Guerre mondiale pleine de nouveautés, qui ont cependant été interrompues par l’invasion allemande de la Belgique le 10 mai 1940. Jean se souvient de l’exode pour échapper à la guerre, des restrictions de ces années, mais aussi de la libération de 1944, la bataille des Ardennes et, finalement, le rétablissement de la paix en Europe. Pour Jean, il est important de se souvenir et d’apprendre du passé ce qu’il appelle “poursuivre l’œuvre de mémoire”.

16.00 (CEST), 15:00 (BST), 10:00 (EDT), 09:00 (PDT)

en français

Yvette Merchiers

Yvette Merchiers était enfant pendant la Seconde Guerre mondiale. Durant le conflit, elle reste en en Belgique avec sa grand-mère, un oncle et un réfugié caché avec sa famille. Elle est la fille de Laurent Merchiers, membre de la résistance belge. Pour cette raison, Yvette a été témoin de nombreuses activités de résistance. Yvette se souvient de la Gestapo fouillant leur maison et sa chambre avec une brutalité qui l’a profondément choquée. Son père s’engage en politique et sera ministre de la Justice de Belgique après la guerre. Yvette étudie le droit et poursuit une carrière universitaire, devenant la première femme doyenne de la faculté de droit de l’Université de Gand.

16.30 (CEST), 15:30 (BST), 10:30 (EDT), 09:30 (PDT)

en français

Jacques Wittemans

Jacques Wittemans est né à Anvers en 1933. Une fois la Belgique envahie, le père de Jacques est fait prisonnier par les Allemands et la famille part en France. Sur le chemin du retour en Belgique, Jacques se souvient des nombreuses villes bombardées. Lorsque son père fut de nouveau arrêté, Jacques se rappelle que leur maison et même ses manuels scolaires furent fouillés par les Allemands. En septembre 1944, leur maison est proche de la ligne de front de la bataille d’Anvers: des canons allemands sont placés dans l’arrière-cour et, peu après, des soldats canadiens prennent le relais. Jacques se souvient du 8 mai 1945 comme d’une journée de joie intense, passé en ville pour célébrer la fin de la guerre.

17.00 (CEST), 16:00 (BST), 11:00 (EDT), 08:00 (PDT)

en français

Jeudi 7 mai

Jutta Hertleins

Jutta Hertlein avait cinq ans lors de la bataille de Berlin en 1945, et elle se souvient très bien de ces jours passés dans Berlin sous les bombes. À partir de 1943, elle ne passe que peu de temps dans l’appartement de sa famille à Berlin-Friedrichshain, étant la plupart du temps évacuée avec sa mère lors des bombardements. Elle passe la fin de la guerre dans un village près de Fehrbellin dans le Brandebourg. En novembre 1945, son père rentre de captivité russe, pour mourir trois semaines plus tard. En 1953, elle quitte Berlin-Est, étudie et travaille comme rédactrice en chef à Heidelberg, Gelsenkirchen et Essen. En 1965, elle se marie et retourne à Berlin-Ouest. Après 40 ans de travail et 23 ans en tant que journaliste, elle prend sa retraite à Berlin.

15.00 (CEST), 14:00 (BST), 09:00 (EDT), 06:00 (PDT)

en allemand

Jürgen Kirschning

Jürgen Fritz Erich Kirschning est né à Berlin en 1931 et a vécu la montée du nazisme dans les années 1930. À dix ans, il se souvient d’avoir été contraint de participer au Deutsches Jungvolk (Jeunesse Hitlérienne) et à la propagande nazie. À deux moments de la guerre il a été évacué, comme de nombreux enfants de Berlin, vers la campagne, passant du temps à Meerane (Saxe) et Sprottau (aujourd’hui Szprotawa, en Pologne). Après la guerre, il a étudié l’ingénierie des communications à l’Université technique de Berlin. Il a ensuite menée une carrière réussie en tant qu’ingénieur de développement, puis a travaillé pour IBM à Vienne et dans l’industrie informatique en Rhénanie du Nord-Westphalie.

15.30 (CEST), 14:30 (BST), 09:30 (EDT), 06:30 (PDT)

en allemand

Hartmut Topf

Hartmut Topf, né en 1939, a grandi dans la banlieue berlinoise de Falkensee où il a vécu la fin de la guerre. Ce n’est qu’après celle-ci qu’il a pris conscience de l’histoire unique de sa famille. Il est l’arrière-petit-fils de Johann Andreas Topf, fondateur de la société d’Erfurt, « Topf & Son s» – qui devint plus tard le principal fournisseur d’incinérateurs du camp d’extermination d’Auschwitz. Pendant plusieurs décennies, il a fait des recherches sur l’histoire de l’entreprise familiale et est devenu cofondateur d’une association nommée “Place of Remembrance – Topf & Sons”. Il a reçu en 2007 la Croix fédérale allemande du mérite pour ses recherches. Le livre « Les architectes de la mort: les hommes qui ont conçu l’Holocauste » est basé sur ses recherches.

16.00 (CEST), 15:00 (BST), 10:00 (EDT), 07:00 (PDT)

en allemand

Vendredi 8 mai

Robbie Larnach

Magnus «Robbie» Larnach faisait partie du 25th Field Regiment de la Royal British Artillery. Originaire d’Ecosse, il a participé au débarquement en Normandie et à l’opération Market Garden. Il se souvient de l’avancée des troupes alliées à travers la France, la Belgique, les Pays-Bas, traversant le Rhin en Allemagne et rencontrant les Russes. Après la fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe, il fut envoyé en Asie, notamment sur l’île de Java, une colonie néerlandaise à l’époque, à la suite du bombardement d’Hiroshima et de la capitulation du Japon.

14.30 (CEST), 13:30 (BST), 08:30 (EDT), 05:30 (PDT)

en anglais

Mervyn Kersch

Mervyn Kersch faisait partie de l’infanterie britannique. À tout juste 19 ans, Mervyn fut parmi les premiers officiers à débarquer sur Gold Beach sur la côte normande le jour J et se souvient avoir été accueilli avec du vin, des fleurs et des baisers par la population française. Il se souvient avoir traversé la France, la Belgique et les Pays-Bas, en particulier Nimègue, avant de passer en Allemagne. D’origine écossaise et juive, il était posté près du camp de concentration de Bergen-Belsen lors de sa libération et a été profondément ému par les terribles conditions de vie des prisonniers. L’ordre lui fut donner de se rendre dans le Pacifique, mais peu de temps avant de partir, il apprit que le Japon s’était rendu.

15.00 (CEST), 14:00 (BST), 09:00 (EDT), 06:00 (PDT)

en anglais

Anne Robson

Anne a 9 ans lorsque la guerre débute et célèbre son 15e anniversaire la veille du jour de la victoire. Anne grandit à Sunderland, entre les rivières Tyne et Wear, la plus grande ville de construction navale du monde à l’époque. Alors que le Blitz est souvent associé au bombardement de Londres, les chantiers navals, les mines de charbon et le port de Sunderland furent également une cible de choix pour les raids aériens. Anne a des souvenirs très précis des bombardements, du rationnement, de l’évacuation, ainsi que de l’école, des friandises et des jeux d’enfants. Elle a été le témoin de changements sociaux importants avec 700 femmes rejoignant l’industrie lourde de la région, et notamment sa mère et de sa tante, qui travaillaient alors pour une entreprise de transport maritime.

15.30 (CEST), 14:30 (BST), 09:30 (EDT), 06:30 (PDT)

en anglais

Roly Armitage

Né en 1925, le Dr Roland «Roly» Armitage se joint au 3e Medium Regiment de l’Artillerie royale canadienne, au cours de sa deuxième année de lycée, à l’âge de 17 ans. Arrivé au front 10 jours après le débarquement du Jour-J, il participe à la bataille. de Normandie et est blessé au sud de Caen fin juillet 1944. Plus tard, alors qu’il est aux Pays-Bas, il rencontre Freddy Heineken, le brasseur néerlandais, qui deviendra un ami très proche. Après son retour au Canada, il devient vétérinaire et éleveur de chevaux pur-sang, avant de devenir maire de Carleton.

16.00 (CEST), 15:00 (BST), 10:00 (EDT), 07:00 (PDT)

en anglais

Maarten Dekkers

Maarten Dekkers était très jeune lorsque la guerre a éclaté aux Pays-Bas; son père a été déporté en Allemagne et a combattu plus tard dans la résistance. Maarten se souvient avoir vu les premiers parachutistes américains atterrir à Velp au début de l’opération Market Garden et salué les libérateurs au pont de Grave. Le 22 septembre 1944, sa maison était entourée de soldats allemands qui cherchaient son père et menaçaient sa mère, tandis que Maarten, 5 ans, pleurait à côté d’elle. Maarten est resté avec une famille à Haps qui l’a protégé jusqu’à la libération. Là, il a assisté aux préparatifs de l’opération Véritable et se souvient avoir vu les trains de la Croix-Rouge remplis de soldats alliés blessés. Maarten est aujourd’hui guide au Freedom Museum de Groesbeek.

19.30 (CEST), 18:30 (BST), 13:30 (EDT), 10:30 (PDT)

en anglais

Guy Whidden

Guy Whidden était un parachutiste de la 101e Division Aéroportée. Guy était mitrailleur et a sauté en Normandie aux premières heures du 6 juin 1944. Guy fut également parachuté en Hollande pendant l’opération Market Garden en septembre 1944. Il fut grièvement blessé près de Best lors d’une attaque au mortier, tandis que trois de ses meilleurs amis furent tués . Il y a été soigné par un officier et a alors commencé un long processus de guérison dans des hôpitaux de Belgique et des Pays-Bas. Récemment, à 96 ans, il a décidé de se couper les cheveux avec une coupe mohawk, qui, selon lui, était utilisée pour intimider les Allemands pendant la guerre, lançant à cette occasion un défi en ligne afin de répandre de la joie pendant la pandémie actuelle.

Annulé

en anglais

Annulé

Tom Lacey

Tom Lacey a servi dans la 99e Division d’Infanterie de l’armée américaine et a participé à la bataille des Ardennes en hiver 1944, lors de laquelle il est en charge du transport de matériel radio. Tom se souvient être réveiller par une des attaques d’artillerie des plus intenses et  se retirer vers Elsenborn dans des conditions météorologiques terribles. Après la bataille des Ardennes, il participe à l’avancée vers l’Europe centrale. Il retourne aux États-Unis un mois avant la fin de la guerre et après celle-ci, il obtient son diplôme et travaille pour une compagnie aérienne. Il se marie et est le père de 12 enfants.

20.00 (CEST), 19:00 (BST), 14:00 (EDT), 11:00 (PDT)

in English

Jim 'Pee Wee' Martin

Jim « Pee Wee » Martin était un parachutiste de la 101e Division Aéroportée. Il était surnommé Pee Wee car il était l’homme le plus léger du régiment. Il fut parachuté en Normandie le jour J juste derrière Utah Beach, et après un mois de combats, renvoyé à Londres. En 1944, Jim prit part à l’opération Market Garden, et fut parachuté près de la ville néerlandaise de Son. Il dû ensuite endurer les conditions météorologiques difficiles de la bataille des Ardennes en Belgique. En 1945, il a participé à diverses opérations en Allemagne, notamment l’occupation de la maison de montagne d’Hitler en Bavière.

20.30 (CEST), 19:30 (BST), 14:30 (EDT), 11:30 (PDT)

en anglais

Partagez sur les réseaux sociaux

#IRemember

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email